Chaton 100

Actualités

Chat européen

Étude sur les groupes sanguins félins

27/10/17
Une étude menée par le Dr A.C. Barrot et le Pr M.C. Blais, en collaboration avec le secteur Biologie d'Orbio, vient d'être publiée...
+ d'infos
Photo cheval Versatile

Nouvelle analyse Gamme équine : Dosage des...

17/07/17
Orbio complète sa gamme d'analyses et notamment son bilan équin "Baisse de performances sportives" par le dosage des lactates.
+ d'infos
Chien lunettes plage cocktail

Informations concernant la période estivale...

07/07/17
Le laboratoire reste ouvert tout l'été !
+ d'infos

Nos laboratoires

  •  Logo-groupe-finalab-accueil
  •  logo-aabiovet
  •  logo-bio-chene-vert
  •  logo-labofarm
  •  logo-genindexe
  •  logo-tregobio
  • Logo Transal

Biochimie : paramètres pancréatiques

Amylase

L'activité de l'amylase mesurée dans le sérum représente le mélange des différentes isoenzymes d'amylase en circulation.

1. Définition

L'amylase est une enzyme cytoplasmique dont la fonction est l'hydrolyse des complexes carbohydrates de l'amidon pour former du maltose et du glucose.

Il y a quatre isoenzymes d'amylase, produites par l 'intestin grêle, le pancréas et le foie principalement. L'amylase intestinale peut représenter  jusqu'à 70% de l'activité mesurée chez un chien sain.  Il n'a pas été montré qu'un état pathologique puisse entrainer une augmentation de l'amylase intestinale.

Il existe aussi une macroamylase, liée à des immunoglobulines ; sa demi-vie est plus longue.

L'amylase pancréatique est synthétisée par les cellules exocrines du pancréas. Des fuites plasmatiques ont lieu lors d'une souffrance pancréatique (ex. pancréatite). Ce dosage n'est actuellement plus recommandé lors d'exploration de la pancréatite par manque de spécificité et de sensibilité.

Au niveau rénal, l'amylase est filtrée par le glomérule puis inactivée et réabsorbée par les tubules rénaux (une très petite quantité peut se retrouver dans les urines). Les cellules de Kupffer dans le foie résorbent et inactivent de petites quantités d'amylase.

2. Indications

La mesure de son activité a été beaucoup utilisée historiquement pour l'exploration de la pancréatite aigue chez le chien dont le tableau clinique inclus une douleur abdominale aigue et des vomissements chroniques. Ce test est malheureusement peu spécifique. En particulier, une baisse de la filtration glomérulaire au niveau du rein, peu importe la cause, peut entrainer une élévation de l'activité de l'amylase.

Comme il s'agit d'un test peu couteux, il peut être utilisé en première intention et suivi d'autres outils diagnostiques (ex. cPLI, fPLI, échographie abdominale). Une activité dépassant 3 à 4 fois les valeurs de référence peut suggérer une pancréatite chez le chien. D'autres tests existent (voir cPLI ou fPLI).

Chez le chat il n'a aucune utilité.

3. Conditions de prélèvement

  • Sang veineux
  • Plasma hépariné ou sérum (tube sec)
  • Animal à jeun 

4. Valeurs de référence et interprétation

Unité : UI/l

  • Chez le chien : 200 UI/l < amylase < 1000 UI/l
  • Chez le chat : 500 UI/l < amylase < 1000 UI/l

Augmentation :

  • Dommages pancréatiques
    Pancréatite
    - manipulation chirurgicale du pancréas
    - maladie gastro-intestinale
  • Baisse du débit de filtration glomérulaire (ex : insuffisance rénale, déshydratation)
  • Tumeur pancréatique ou hépatique
  • Repas proche dans le temps ?

Diminution :

Non significatif. Pour information, il a été rapporté que les corticostéroides pourraient diminuer l'amylasémie.

Remarque : Attention dans le cas de pancréatite aigüe les valeurs peuvent rester dans les valeurs de référence. Ce phénomène est un peu moins marqué avec la lipase sérique. Ce phénomène est responsable de la faible sensibilité.
 

Lipase

Comme pour l'amylase, il y a différentes lipases. En circulation, on retrouve la lipase pancréatique, gastrique et hépatique, dont on mesure l'activité sérique totale. D'autres lipases comme la lipoprotéine lipase et la lipase hormono-dependante sont produites par les adipocytes et myocytes. Elles restent en surface de cellules endothéliales  mais ne se retrouvent pas en circulation.

1. Définition

Toutes les lipases ont une action sur le métabolisme des lipides (voir section lipides-cholestérol et triglycérides). Les lipases dont on mesure l'activité sérique hydrolysent les triglycérides.

La lipase pancréatique est une enzyme cytoplasmique synthétisée par les cellules exocrines du pancréas et excrétée par le canal de Wirsung, elle participe à la digestion des graisses après action des sels biliaires au niveau intestinal.

L'élimination et inactivation de la lipase se produit au niveau des reins.

2. Indications

Historiquement, la mesure de son activité a été beaucoup utilisée pour l'exploration de la pancréatite aigue chez le chien. Ce test n'est actuellement plus recommandé pour explorer la pancréatite du fait d'un manque de sensibilité et spécificité.

En particulier, une baisse de la filtration glomérulaire au niveau du rein peut s'accompagner d'augmentation de la lipasémie qui suit la même tendance que l'amylasémie. Classiquement, un degré de moins de 4 fois  la valeur supérieure de l'intervalle de référence. Des degrés plus élevés (6-8 fois) sont possibles.

Comme il s'agit d'un test peu couteux, il peut aussi être utilisé en première intention pour explorer une pancréatite puis suivi (ou simultanément) par des tests plus spécifiques dont le cPLI, fPLI et échographie abdominale.

En cas de pancréatite, la lipasémie peut augmenter sévèrement chez le chien (10fois) et modérément chez le chat (5fois). Dans certains cas elle peut etre physiologique (explicant la faible sensibilité).

3. Conditions de prélèvement

  • Sang veineux
  • Tube sec ou hépariné
  • Animal à jeun

4. ​Valeurs de référence

Unité : UI/l

Valeurs usuelles : lipasémie < 300 UI/l

Augmentation :

  • Dommages aux cellules exocrines du pancréas
    • Pancréatite
  • Défaut d'excrétion ou inactivation rénale
    • Insuffisance rénale (souvent 2 à 3 fois par rapport aux valeurs de références)
    • Origine prérénale (déshydratation, choc)
    • Origine postrénale (blocage)

 

  • Autres :
    • Traitement corticostéroïde (2-5 fois par rapport aux valeurs de références) sans hyperamylasémie associée.
    • Péritonite, gastrite/entérite, Obstruction digestive
    • Maladie hépatique (dont nécrose, stéatose, lipidose)
    • Manipulations des viscères durant une chirurgie
    • Tumeurs dont les cellules produisent ou expriment la lipase : plutôt rare. (carcinomes pancréatiques et hépatiques, carcinomes des voies biliaires, lymphomes hépatique et gastro-intestinaux) sans hyperamylasémie associée.
  • Repas proche dans le temps ???

Diminution :

Non significatif
 

Lipase Prancréatique spécifique d'espèce (cPLI et fPLI)

La cPLI (canine Prancreatic Lipase Immunoreactivity) et fPLI (feline Pancreatic Lipase Immunoreactivity) correspondent à des mesures de lipase sérique spécifique d'espèce (canine et féline dans ce cas) et provenant uniquement du pancréas. Ce test fait appel à une technique immuno-enzymatique qui permet la spécificité d'organe (lipase pancréatique seulement) et d'espèce (canin ou félin). La technique ELISA (Enzyme-Linked Immunosorbent Assay et  dosage d'immunoabsorption par enzyme liée sont les deux principaux.

Il s'agit actuellement du test (non invasif) recommandé pour explorer une pancréatite avant d'avoir recours à la biopsie.  La biopsie avec analyse histopathologique reste laméthode de référence mais elle est invasive et peu réalisée en pratique).

1. Définition

La lipase pancréatiquese retrouve dans la circulation sanguine en cas de dommages pancréatiques dont une inflammation  lors de pancréatite. Les cPLI et fPLI représentent les tests les plus sensibles et spécifiques disponibles pour le diagnostic de la pancréatite respectivement chez le chien et le chat. Les performances rapportées sont

  • cPLI : sensibilité de 81% et spécificité de 96%
  • fPLI : sensibilité moyenne de 67% et spécificité moyenne de 91%.
    • La performance du test (Se et Spe) est excellente dans le cas de pancréatite modérées à sévères mais la sensibilité est plus faible (54%) pour les pancréatites de bas grade ou chronique.

Les valeurs de fPLI et cPLU ne sont pas vraiment corrélées avec la sévérité clinique de la pancréatite. En revanche la valeur prédictive négative de ce test est élevée (ce qui aide à l'exclusion d'une pancréatite).

Remarque : Un test SNAP « au chevet du patient » est disponible pour évaluer la cPLI (espèce canine) et fPLI (espèce féline) montrant une corrélation de 95% avec l'évaluation en laboratoire.

2. Indications

On a recours à ce test en cas de suspicion de pancréatite. Ce qui se caractérise :

  • Chez le chien par  des vomissements, une douleur abdominale (position du prieur, bâillements, léchage du sol), de l'ascite ou un historique d'épisodes de pancréatite
  • Chez le chat par des signes cliniques assez frustres tels qu'une dysorexie/anorexie, une perte de poids inexpliquée, des signes d'inconfort abdominal.

3. Conditions de prélèvement

  • Sang veineux
  • Tube sec ou hépariné
  • Animal à jeun

4. Valeurs de référence et interprétation

Unité : µg/L

  • Chien : < 200µg/L
  • Chat : < 3,5µg/L

Augmentation :

  • Pancréatite
    - valeurs supérieures à 400µg/L chez le chien
    - valeurs supérieures à 5,4µg/L chez le chat

Diminution :

Le test a été développé et optimisé pour déceler des valeurs augmentées (ou physiologique) et la performance intrinsèque du test pour des valeurs basses n'est pas optimale.

Chez le chien,

  • parfois lors d'insuffisance pancréatique exocrine, mais il ne s'agit pas du test de référence qui devrait ête la mesure deTLI.
  • Déficience isolée en lipase pancréatique : rare.

Chez le chat,

  • Insuffisance pancréatique exocrine : possible mais d'avantage d'études sont nécessaires.
     

TLI chien (Trypsinogen et trypsin-Like Immunoreactivity)

Il s'agit du test de référence pour l'évaluation d'une insuffisance pancréatique exocrine (IPE) chez le chien et le chat. L'évaluation du TLI fait appel à une technique ELISA permettant d'avoir une spécificité d'espèce et d'organe.

1. Définition

Le test TLI mesure dans le sang l'immunoréactivité du trypsinogène et du trypsine-like (trypsine et molécules de trypsine capturé par des inhibiteurs protéiques) produits parles cellules des acini pancréatiques. Rappelons que ces dernières produisent aussiamylase et ipase. Le trypsinogène et chymotrypsinogène sont des enzymes inactivescontenus dans les grains de zymogènes. Ces enzymes sont libérées par exocytose dans la lumière des acini pancréatiques et sont ensuite activées. Une petite quantité de trypsinogène se retrouve de façon normale dans le sang.

Lorsque la synthèse pancréatique est diminuée (exemple : IPE) le TLI le sera aussi.

2. Indications

Il s'agit du test de choix pour explorer une Insuffisance Pancréatique Exocrine. La sensibilité et la spécificité sont de 100% chez le chien.

Des valeurs augmentées deTLI peuvent se produire lors de pancréatite mais également lorsque leur excrétion rénale est diminuée (toute altération du DFG). Rappelons que le l'évaluation des PLI (cPLI ou fPLI) est le test de choix pour explorer une pancréatite

3. Conditions de prélèvement

  • Sang veineux
  • Tube sec ou hépariné
  • Animal à jeun

4. Valeurs de référence et interprétation

Unité : µg/L

  • Chez le chien : 30 - 100

Cas de l'Insuffisance Pancréatique Exocrine :

Résultat douteux si : 2,5 < TLI < 5, un nouveau dosage est conseillé 1 mois plus tard en présence de symptômes (malassimilation) ou 3 mois plus tard en l'absence de symptômes.

Augmentation :

  • Pancréatite (sensibilité comprise entre 38% et 45,5%)
  • Insuffisance rénale
  • Repas récent
  • Artefact lié à une lipémie

Diminution :

  • Insuffisance pancréatique exocrine
  • Dénutrition protéique extrême
     

http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1938973611000274

http://tpx.sagepub.com/content/42/1/189.long

Haut de page

© Orbio 2017   |   Mentions légales   |   Plan du site

   |   Créé par  StartUp  

propulsé par e-majine